Loading
Ciné-recherche, un moteur de recherche spécialisé dans le cinéma.

Valerian et Laureline (série d'animation)

2713, Valérian est un tout jeune agent spatio-temporel encore en période d'évaluation. Pour sa première mission, il est envoyé sur terre en 912. Il doit y observer les us et coutumes des habitants et surtout ne rien modifier au passé. Mais rien ne se passe comme convenu et il est obligé de s'enfuir avec une jolie autochtone appelée Laureline. De retour à bord du vaisseau, ils font le cruel constat de la disparition de la terre. Sans autre moyen de subsistance, ils se trouvent obligés d'accepter des missions pour subvenir à leurs besoins. L'aventure ne fait alors que commencer...

Cette production franco-nippone est adaptée des bandes dessinées de la série à succès Valérian, agent spatio-temporel publiée chez Dargaud depuis 1970. Les deux héros ont ici un aspect plus moderne et plus jeune, avec une claire influence manga. L'animation est soignée et de belle qualité. Les extraterrestres, les décors sont variés et servent des histoires complexes et singulières. Ces aventures sont divertissantes, pleines de rebondissements et jamais redondantes, ce qui fait la force de la série. Certes, comme souvent, les amateurs de l'œuvre originale seront (peut-être) déçus par cette transposition à l'écran, mais les autres découvriront un univers de space-opera riche et original.

Télécharger l'article
Site de Valérian et Laureline


Lire La Suite...

L'île de Black Mor (2004) de Jean-François Laguionie

Le Kid, un orphelin de 15 ans, s'enfuit de l'orphelinat où il était exploité. Il décide de partir à la recherche du trésor de Black Mor, le célèbre pirate qu'il admire. Dans sa fuite, il rencontrera d'abord deux acolytes, Mac Gregor et La Ficelle, avec lesquels il s'emparera du tout nouveau voilier des garde-côtes. Puis ils seront rejoints par Taka l'éthiopien, son babouin Jim et surtout par Petit Moine qui se trouve être en réalité une jolie jeune fille...

Jean-François Laguionie s'est inspiré d'histoires de pirates comme L'île aux trésors de Robert Louis Stevenson. Il nous propose une aventure maritime consciencieusement documentée sur le monde des corsaires, pirates et autres flibustiers du 19ème siècle. Sans jamais s'en rendre compte, le spectateur découvre leur univers et leur époque : leur code de conduite, leurs superstitions, leurs mots et chants, le travail des enfants, l'esclavagisme... Cette quête sera aussi une réflexion sur l'identité, l'égalité des sexes et l'importance de la lecture... En effet, le Kid n'a pas de parents et s'interroge sur ses origines, Petit Moine est une jeune fille intelligente qui possède l'atout majeur de savoir lire à une époque où peu de gens possédaient cette connaissance. Enfin d'un point de vue formel, le film fait dans la sobriété avec une animation aux traits très personnels, aux tons pastels et à la lumière douce, qui a parfois des allures d'aquarelles animées. Le tout est servi par une musique enlevée et une bande-son particulièrement réussie. Un dessin animé de belle qualité qui emporte les enfants le temps d'une histoire sur les flots... Oyez, oyez, ouvrez les écoutilles !!!

Télécharger l'article
Télécharger le
dossier pédagogique et le dossier de presse réalisés par Gebeka films
Télécharger la
fiche pédagogique réalisée par l'association Plan-séquence
Télécharger le dossier réalisé par le cinéma Le France

Lire La Suite...

Max et les Maximonstres (2009) de Spike Jonze

Max est un jeune garçon d'une dizaine d'années très actif et qui a peur de grandir, d'où sa difficulté à contenir ses émotions. Suite à une dispute violente avec sa mère, il s'enfuit de la maison... Sa fuite le mène sur l'île des Maximontres, où vivent d'étranges et inquiétantes créatures aux comportements exubérants...

Ce film est une adaptation intéressante du très célèbre album éponyme de Maurice Sendak. Même si Spike Jonze a respecté certains éléments clés de l'histoire et la ressemblance des monstres aux illustrations du livre, l'intrigue a tout de même été modernisée. Le jeune héros est ici plus âgé, la psychologie des personnages a été étoffée et les 7 Maximonstres ont désormais chacun un nom. Max se sent seul et aime se lover dans des petits coins. Il évolue dans une famille monoparentale, où il commence à prendre conscience de la précarité de la vie. Sa sœur ne prend plus sa défense et se détourne de lui, sa mère s'inquiète de perdre son emploi et commence à voir un nouvel homme, son professeur de sciences explique que le soleil disparaîtra un jour... Max est angoissé, un sentiment d'insécurité le submerge, le rend triste, incontrôlable, agressif... La colère gronde, l'enfant perd le contrôle et mord sa mère.

"Max qu'est ce qui te prend , tu es ingérable !"
et Max de répondre à sa mère "C'est pas ma faute !!!", puis la fuite vers le monde onirique des Maximontres.

Sur l'île tout est permis, mais bien que les monstres soient totalement libres, ici aussi il n'est pas si simple de vivre ensemble. Ce parcours initiatique est l'occasion pour le réalisateur d'aborder et d'interroger toute une palette d'émotions propres aux enfants qui sont à la croisée du monde de l'enfance et des adultes. Les Maximonstres sont comme le miroir des sentiments de Max, chacun est l'expression d'émotions poussées à l'extrême : l'ennui, la tristesse, la solitude, la tendresse, l'amour maternelle... et cette difficulté d'exprimer ses sentiments à ceux qu'on aime, de mettre des limites, de gérer son agressivité et sa colère. Finalement, Max de retour chez lui aura compris en regardant ses étranges amis, un peu plus sur lui-même et ses émotions, ce qui est finalement un premier pas vers l'âge adulte...
Du point de vue formel, ce film d'animation est techniquement très réussi. Les créatures sont très expressives. La musique, judicieusement choisie, vient en écho à un acteur qui incarne à merveille toute la vitalité et la fragilité enfantines. Ce film déroutera certains enfants car non seulement la réalisation ne joue avec aucun des ressorts habituels du cinéma pour la jeunesse et d'autre part, l'énergie destructrice et désespérée de Max et des monstres est étonnamment intense. Pourtant, on peut supposer qu'il entrera en résonance avec d'autres et espérons que cela les aidera à mieux se comprendre eux-mêmes. Max et les Maximonstres fait parti de ces films à voir en famille, parce qu'il amène la discussion et enrichit ainsi les relations entre les parents et leurs enfants...

Télécharger l'article

Télécharger le dossier pédagogique réalisé par L'école des lettres.

Lire La Suite...
Message plus récent Message plus ancien Accueil
 

blogger templates | Make Money Online