Loading
Ciné-recherche, un moteur de recherche spécialisé dans le cinéma.

Vexille : 2077 (2007) de Fumihiko Sori

Au 21ème siècle, le développement spectaculaire de la robotique a poussé l'ONU à légiférer et à interdire la création d'androïdes. Suite à cette décision le Japon, qui était à la pointe de la technologie, a quitté l'ONU. Il vit désormais replié sur lui-même coupant toute communication vers l'extérieur. Dix ans après, Vexille est envoyée en mission au Japon avec son commando américain pour recueillir des informations...

Autant dire tout de suite que Vexille a les mêmes défauts scénaristiques et qualités techniques que Wonderful days. En effet, les personnages manquent de relief et l'intrigue de profondeur. Pourtant l'ensemble se tient et le film est traversé d'idées intéressantes comme : la déshumanisation des deux sociétés pour des causes totalement différentes (l'une parce qu'elle est aseptisée et l'autre parce qu'elle a perdu ses êtres humains), la dénonciation des risques de l'expérimentation humaine et de la course à la technologie, la mise en scène d'envoûtants dévoreurs (entités nés de l'échec de manipulations génétiques)... Cette animation japonaise en 3D utilise la technique des pixels shaders pour le rendu des ombres, ce qui donne un visuel assez surprenant. De plus de superbes scènes d'actions sont rythmées par une bande-son survoltée, où les combats entre robots ont la part belle. Sans être un chef-d'œuvre, Vexille est tout de même un divertissement à la très belle plastique qui gagne à être vu sur grand écran.


Télécharger l'article

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Version française proposée dans le DVD
Lire La Suite...

Loulou et autres loups... (2003) Collectif


Ce programme regroupe cinq courts métrages écrits par Jean-Luc Fromental et Grégoire Solotareff, chaque film ayant un réalisateur différent. Cinq histoires originales et sympathiques qui devraient réconcilier définitivement les enfants avec les loups.


  • Micro loup de Richard McGuire (6 min.) : Un aventurier ramène un loup féroce pour son spectacle. Mais le loup s'échappe... L'animation est dans un premier temps déconcertante, car on suit l'action du dessus. Les protagonistes sont donc réduits à des points de couleur en mouvement, mais l'intrigue se suit aisément, notamment grâce à une bande-son efficace qui donne du sens. Le procédé permet au jeune spectateur de se mettre à distance d'une histoire sans parole particulièrement effrayante, le loup dévorant tout ce qu'il rencontre. Ce court-métrage très original captive littéralement les enfants.

  • Marika et le loup de Marie Caillou (7 min.) : Une jeune top-modèle en vogue se fait voler la vedette par un loup électronique, mais elle n'a pas dit son dernier mot... Un joli dessin rétro sert une histoire sans parole qui illustre la fugacité des modes.


  • T'es où grand-mère de François Chalet (6 min.) : Le petit chaperon rouge et le loup partent à la recherche de la mère-grand qui a disparu... L'animation est originale et l'histoire est drôle, une réussite !


  • Pour faire le portrait d'un loup de Philippe Petit-Roulet (5 min.) : Pour faire le portrait d'un loup, il faut des poils, des yeux, des pattes... Une liste à la Prévert comme un clin d'œil au célèbre poème de l'auteur Pour peindre le portrait d'un oiseau.


  • Loulou de Serge Elissalde (27 min.) : Loulou apprend à chasser avec son oncle qui se tue dans un malheureux accident. Perdu et esseulé, Loulou rencontre Tom un joyeux lapin. C'est le début d'une improbable mais indéfectible amitié... Film angulaire de ce programme, Loulou est l'adaptation du célèbre album du même nom de Grégoire Solotareff. L'histoire est quelque peu différente mais l'esprit est conservé. Les couleurs sont chaudes, c'est malin, sympathique et drôle, avec en plus des musiques enlevées de Sanseverino. A voir d'urgence !
Consultez et enrichissez la revue de presse sur Loulou et autres loups :


    Télécharger l'article
    Télécharger le dossier pédagogique réalisé par Atmosphères 53
    Télécharger le dossier pédagogique réalisé par L'enfant et le 7ème art
    Télécharger la fiche pédagogique réalisée par l'association Plan-séquence

    Lire La Suite...

    Le château des singes (1999) de Jean-François Laguionie

    Kom vit au sommet des arbres au sein de la tribu des Woonkos. Le jeune et fougueux singe a la fâcheuse habitude de remettre en cause l'ordre établi et de poser les questions qui fâchent. Et après tout, pourquoi tout ce qui est en bas serait mauvais ? Un jour, Kom tombe par accident aux pieds des arbres. Il va alors découvrir l'étrange peuple des Laankos aux mœurs et coutumes si différents...

    Le graphisme des personnages n'est pas l'élément le plus réussi, mais les décors sont jolis et délicats. Le tout est servi par une bande-son sympathique aux musiques enlevées. L'originalité de ce dessin animé réside plus dans le questionnement sur l'ordre établi que dans l'intrigue elle-même. Le message est clair : il faut questionner le monde, aller de l'avant, se confronter à autrui, afin de lutter contre l'ignorance et dépasser ses peurs. Jean-François Laguionie propose une réflexion, sur ce qui distingue les sociétés dites "primitives", des sociétés dites "civilisées". L'argumentation est intelligente et n'est jamais simpliste. Kom, l'ingénu, exprime avec candeur les travers des deux sociétés. La première, instinctive, reste repliée sur elle-même ; la seconde, structurée, est engoncée dans les protocoles. Pourtant si différentes et si proches, toutes deux subissent le poids des préjugés et des idées reçues. Voici donc un dessin animé sur la tolérance à découvrir.


    Télécharger l'article
    Télécharger le dossier pédagogique réalisé par L'enfant & le 7ème art

    Lire La Suite...
    Message plus récent Message plus ancien Accueil
     

    blogger templates | Make Money Online