Loading
Ciné-recherche, un moteur de recherche spécialisé dans le cinéma.

L'écureuil qui voyait tout en vert (2009) de Behzad Farahat et Nahid Shamsdoust




Les films du Whippet continuent de nous faire découvrir l'animation iranienne avec cette nouvelle compilation de trois courts métrages, où les animaux sont à l'honneur.






Contes qui tiennent sur une ligne (2009) de  Behzad Farahat :
Le réalisateur du splendide Rentrons chez nous, a délaissé les hérissons au profit d'un petit écureuil curieux et plutôt nerveux. Au court de trois brèves aventures sans parole, le petit animal va faire la connaissance d'un oisillon affamé, perdre sa
précieuse noisette et, pour finir, découvrir la neige. L'animation mérite d'être vue sur grand écran, le dessin sur fond noir étant des plus minimalistes. Le dessin à la craie donne vie à des scènes poétiques et délicates, le tout subtilement accompagné de bruitages judicieux et efficaces. Un vrai régal !

Pluie d’allégresse (2003) de Nahid Shamsdoust :
Un éléphant décide de faire la sieste au milieu de la prairie. Sa présence n'est pas appréciée des abeilles qui voient d'un mauvais œil la destruction des fleurs par le mastodonte.
Finalement, le pachyderme se révèlera un allié de choix quand l'ours pointera le bout de son museau...
L'animation reste sommaire et le graphisme enfantin, mais quelques trouvailles en font une histoire (sans parole) tendre et drôle appréciée des enfants.

C'est moi qui l'ai trouvé ! (2002) de  Bezhad Farahat :
Un écureuil décide de s'installer dans une maison fort à son goût sans se soucier que celle-ci appartienne à un lapin. Le lapereau essaie avec ses amis, le faon, la tortue et le pic-vert, de lui faire entendre raison, mais rien n'y fait. Ils décident donc de lui donner une leçon en le prenant à son propre jeu...
L'animation en aquarelle est tout en douceur. Ce très joli court métrage sera l'occasion d'expliquer aux jeunes enfants qu'il faut apprendre à ne pas faire à autrui, ce que l'on aime pas que l'on nous fasse. Un programme délicat à faire découvrir aux plus petits.

Télécharger l'article
Télécharger le dossier de presse, réalisé par les Films du Whippet 
Télécharger le dossier pédagogique proposé par Atmosphères 53.


Lire La Suite...

Tomboy (2011) de Céline Sciamma

Laure, 10 ans, vient d'arriver avec sa sœur et ses parents dans un nouveau quartier résidentiel. Quand Lisa, une jeune fille de son âge, lui demande son prénom, elle prétend s'appeler : Michael. Rien ne semble anormal, car Laure s'habille et se coiffe comme un garçon. En cet fin d'été, Michael prend place auprès des enfants du coin et Lisa tombe amoureuse de  ce nouveau venu...

Tomboy ("Garçon manqué") surprend par la qualité du jeu des acteurs, mais aussi par son sujet : une enfant à l'identité sexuelle trouble. Le traitement est subtil, aucun poncif, aucune morale, juste une jeune fille en prise avec elle-même et le monde qui l'entoure. Aucune explication sociale ou indice n'est donné pour décrypter les causes de ce trouble identitaire. D'ailleurs, la petite sœur est l'archétype de la petite fille et  les parents sont aimants. Rien donc sur ce plan, mais était-ce vraiment nécessaire ? La réalisatrice a préféré se concentrer sur le quotidien de Laura. Le spectateur est donc plongé aux côtés d'une pré-ado qui ment à ses nouveaux amis pour vivre ce qu'elle semble être intrinsèquement : un garçon dans le corps d'une fille. Elle adopte les attitudes des garçons, elle ira jusqu'à fabriquer un faux pénis pour pouvoir aller se baigner sans être démasquée. Et chaque plan questionne sur ce qui fait d'une fille, une fille et ce qui fait d'un garçon, un garçon. Du point de vue de la réalisation, tout est parfaitement maîtrisé et le film suit son cours sans heurt, tout en restant sur le fil... prêt à basculer. Les signes annonciateurs sont là, comme cette poitrine naissante qui, on le sait, finira un jour par trahir Laura. Pourtant, même si l'on sait que tout est joué d'avance et que la supercherie sera dévoilée, on vit les tensions avec la fillette. La peur que Michael soit démasqué ne nous lâche pas. Et tandis que les adultes se questionnent sur les réactions qu'ils auraient en tant que parents dans la même situation, les plus jeunes s'interrogent sur la tolérance et leur capacité  à accepter l'autre avec sa différence... Nous n'en saurons pas plus sur Laura, le film reste ouvert. Choisira-t-elle de rentrer dans le moule ou de continuer sur cette voie ? Nul ne sait, la seule chose que l'on pressent, c'est que quelque soit son choix, elle le paiera de sa personne. Pourtant, la conclusion n'a rien de sombre ou d'inquiétant, la vie va suivre son cours comme pour chacun. Ce film, délicat et à fleur de peau, sur un être en devenir est une bonne occasion de faire une introspection...

Télécharger l'article
Télécharger le dossier de presse


Lire La Suite...
Message plus récent Message plus ancien Accueil
 

blogger templates | Make Money Online